Agir ensemble pour la Nièvre

Emplois pour les jeunes, maintien d’un service public de qualité, accès à Internet pour tous, amélioration des conditions d’accueil de nos aînés, protection du monde agricole… depuis 2012, je me bats pour plus de justice et de solidarité.

Succès des emplois d’avenir chez les jeunes, et lancement de l’opération Territoire zéro chômeur de longue durée

Au 17 mars 2017, 2 175 emplois d’avenir ont été enregistrés dans la Nièvre (dont 532 renouvellements), soit en moyenne 515 contrats signés par an. Ce sont autant de jeunes qui ont trouvé le chemin de l’emploi et de la formation.
Fin 2015, l’Assemblée nationale a voté à l’unanimité la loi « Territoire zéro chômage longue durée », inspirée par ATD Quart Monde, que j’ai cosignée. Au cœur du projet, l’embauche, en CDI, de chômeurs longue durée au sein d’entreprises conventionnées, via la réaffectation des dépenses liées au chômage. La Nièvre a été précurseur en la matière, et la Communauté de communes Entre Nièvres et Forêts fait partie des 10 territoires d’expérimentation en France. 25 personnes ont d’ores-et-déjà été recrutées en CDI.

Poursuivre l’enseignement de qualité dispensé dans les écoles rurales

Après un important travail de concertation, une convention qui maintient, pour 3 années scolaires, le  taux d’encadrement (nombre d’enseignants/ nombre d’élèves) dans les écoles a été signée fin 2015 par le rectorat et l’Union amicale des maires de la Nièvre. L’initiative, quasi-expérimentale en France, reflète l’ambition des élus pour la réussite de tous les élèves nivernais. En 2017, la Nièvre conserve l’ensemble de ses postes d’enseignants.
Initié avec le Pays Niverais-Morvan, l’Education nationale et les collectivités, le programme « Ecoles connectées » permet aux enseignants de développer des pédagogies nouvelles et de partager le meilleur du numérique.

Pour une Nièvre accessible et le maintien des services publics de proximité

L’achèvement du chantier de l’A77 a enfin été confirmé : le montant des travaux, de près de 100 millions d’euros, est financé à 70 % par l’Etat et par le conseil départemental pour la part restante.

Objectif : fin du chantier en 2020.

De même, s’agissant de la RN 151, les démarches entreprises depuis plusieurs années par les maires des communes traversées, et les parlementaires nivernais, ont été payantes. Route oubliée et insécurisée, la RN 151, dans sa partie nivernaise, va bénéficier d’aménagements à hauteur de 16 millions d’euros, sur 4 ans (financement de l’Etat).

Les travaux permettront l’élargissement de la chaussée, une meilleure signalétique, mais aussi le traitement du glissement de terrain de Villiers-le-Sec, qui en faisait un axe particulièrement dangereux, alors qu’il est très fréquenté par les voitures et les poids-lourds (autour de autour de 3 000 véhicules près de Varzy).

Par ailleurs, je suis pleinement mobilisé  pour l’accélération de la mise en place du réseau Nièvre très haut débit et de la couverture des zones blanches en téléphonie mobile, auprès du Conseil départemental et des opérateurs. A ce titre, j’ai rencontré Stéphane Richard, le président directeur général d’Orange, pour lui faire remonter les préoccupations et les attentes, très fortes, des Nivernais.

A l’heure de la fusion des régions, je défends la présence d’un réseau de proximité des services publics sur tout le territoire (notamment avec la création des maisons de services au public). En ce sens, nous avons pu préserver la sous-préfecture de Clamecy et la perception de Dornes.

Refusons que la Nièvre devienne un désert médical !

Lutter contre la désertification médicale de notre territoire en soutenant son attractivité auprès des professionnels de santé représente un enjeu crucial : maisons médicales, travail en équipe, médecine salariée, soutien à la première année de médecine dans le département. Dans un contexte hérité de la crise économique, il a fallu reconstruire en urgence le socle qui garantit l’égalité de l’accès aux soins.
L’hôpital public a de nouveau été soutenu : pour l’investissement et le fonctionnement, avec des exemples concrets à Clamecy (scanner, aide pour la mise aux normes, financement dédié au service des urgences, renforcement du Centre périnatal de proximité).
La mise en œuvre, en 2015, du Groupement hospitalier de territoire va également dans ce sens. Il vise une meilleure offre de soins et une prise en charge plus adaptée aux besoins des patients du département, en coordonnant les différentes spécialités des établissements.

Améliorer les conditions d’accueil de nos aînés

C’était l’une de mes priorités pour ce mandat.
Plusieurs chantiers de rénovation de maisons de retraite sont engagés ou en passe de l’être (Cercy-la-Tour, Donzy, Château-Chinon, Moulins-Engilbert, Entrains-sur-Nohain, Lormes). Les efforts doivent se poursuivre pour garantir à nos aînés des conditions d’accueil optimales. C’est pourquoi je défends sans relâche les projets de restructuration, et ceux d’extension, auprès des autorités publiques compétentes afin d’obtenir les soutiens financiers nécessaires, et, ainsi, répercuter le moins possible le coût des travaux sur le prix-jour.
La défense de notre système de soins est un combat que j’ai toujours mené avec conviction, et que je poursuivrai dans les années à venir, avec une extrême vigilance.

Mon soutien à l’agriculture

Très conscient des crises économiques et sanitaires, j’ai interpellé, en tant que vice-président du groupe élevage bovin à l’Assemblée nationale, le ministre de l’agriculture, et rencontré son cabinet concernant de multiples dossiers :

  • le maintien et les modalités d’octroi de la prime à la vache allaitante et les conditions d’attribution de l’indemnité compensatoire de handicaps naturels ;
  • le maintien des communes nivernaises en zones défavorisées simples (classement qui permet notamment des aides à l’installation) ;
  • le développement des exportations de viandes françaises mais aussi de l’approvisionnement local, en particulier pour la restauration collective (création d’une plate-forme départementale d’approvisionnement) ;
  • les mesures de soutien à apporter, notamment auprès des marchés au cadran, à la suite de la fièvre catarrhale ovine et de l’IBR ;
  • la mise en œuvre effective des dispositifs d’urgence (année blanche, avances sur primes et fonds d’allègements des charges pour les exploitants en difficulté) ;
  • et, surtout, l’absolue nécessité de protéger par la loi les producteurs face aux industriels, à la grande distribution et aux importations illégales.

Accompagner les projets des communes et des associations

Chaque année, les députés disposent d’une enveloppe qu’ils attribuent aux communes et aux associations afin de les soutenir dans leur projet. Retrouvez la répartition de ma réserve parlementaire sur le site de l’Assemblée nationale : http://www.assemblee-nationale.fr/budget/reserve_parlementaire.asp.

Sur la route des Villages du futur

Le Pays Nivernais Morvan est le 1er à avoir signé en Bourgogne son contrat nouvelle génération. Ce sont 4,7 millions d’euros pour concrétiser nos projets en matière de santé, d’économie, de culture, etc. pour les 6 années à venir.
Depuis sa création, il y a 16 ans, le PNM a soutenu 600 projets. Il est à ce jour engagé dans une démarche expérimentale et créative : les Villages du futur.
Pour plus d’informations, cliquez ici :
http://paysnivernaismorvan.com/

 

Défendre une ruralité moderne

Mon combat dans la Nièvre c’est avant tout la défense d’une ruralité moderne, la construction d’un projet optimiste avec les Nivernais. Le contrat de ruralité signé en 2017 (2mio €) vient compléter cette action pour une ruralité moderne.
(Cliquez ci-contre pour lire l’article du Journal du Centre)